Menu Terrena

  • fr
  • en

twitter2 yt-brand-yt-stackedlogo in

Le lupin, une protéine de terroir et une plante d’avenir…

Premier producteur de lupin blanc en Europe, le groupe coopératif Terrena fait figure de pionnier avec cette graine protéagineuse d’un bon profil nutritionnel et produite localement. La coopérative cherche à faire connaître ses qualités auprès des agriculteurs en vue de doubler les surfaces.

 

Terrena s’appuie sur la récolte de ses adhérents et sur sa filière pour déployer la culture du lupin sur tout son territoire et encourage ses adhérents à en produire pour répondre à une demande en forte croissance. La coopérative fournit les semences, collecte les graines et s’occupe de la transformation grâce à Lup’Ingrédients, activité de Terrena, basée au Nord de Chateaubriant et spécialiste européen des ingrédients alimentaires à base de lupin blanc doux.

 

Cette société fournit les professionnels de l’agroalimentaire, soucieux d’enrichir nutritionnellement leurs produits en protéines et en fibres ou de développer des gammes d’aliments sans gluten. La liste des débouchés est longue et passe même par la cosmétique. La demande des industriels augmente sans cesse et la production annuelle de lupin blanc sur le territoire de la coopérative ne suffit plus.

 

Lupin

Yohan Goubaud, producteur de lupin en Loire-Atlantique (44)

Le lupin a d’autres avantages : il permet à l’agriculteur de pratiquer la rotation des cultures en diversifiant leur assolement. Il fait surtout partie des solutions d’avenir de l’Agriculture écologiquement intensive que Terrena promeut et expérimente à travers ses Solutions La Nouvelle Agriculture.

 

L’association du lupin avec une céréale, par exemple, permet d’améliorer les rendements, de maîtriser naturellement les plantes adventices sans utilisation de pesticides et de supprimer la fertilisation azotée, une forte demande des consommateurs et une nécessité environnementale.

 

 

Yoann Goubaud, exploitant à Couffé, consacre 10ha au lupin et expérimente une association mixte de lupin et de blé sur la même parcelle. « Pour résoudre la problématique du désherbage, travailler en diminuant les intrants et augmenter les rendements à l’hectare » précise t-il. « Le lupin ne nécessite pas d’apport d’azote, modifie la structure du sol par son enracinement profond et permet une augmentation des volumes sur la céréale suivante, reste à travailler sur la génétique pour une constance sur les rendements ». C’est justement le travail engagé depuis plusieurs années par les équipes de Jouffray Drillaud, spécialiste de la sélection variétale des semences et également filiale de Terrena.