Menu Terrena

  • fr
  • en

twitter2 yt-brand-yt-stackedlogo in

Nutrition et santé animales

Au cœur des enjeux de société, les produits de l’élevage animal font l’objet d’une demande croissante et d’une attente saillante en matière de sécurité alimentaire et de qualités nutritionnelles. Les consommateurs sont, tout à la fois, soucieux de leur santé, de l’environnement et des conditions d’élevage.

 

La production doit trouver les ressources pour faire progresser l’efficacité alimentaire et limiter en même temps l’impact environnemental des élevages. L’amélioration nutritionnelle des produits trouve sa source dans l’amélioration de la nutrition et de la santé animale.

 

La Nouvelle Agriculture® ouvre une nouvelle ère : celle du lien à grande échelle entre filières végétales et animales qui se prolonge sur la nutrition santé, santé des animaux et des hommes.

 

Les principaux axes en matière de nutrition et santé animales

 

bovins

  • Limiter l’impact environnemental : cela passe notamment par l’amélioration des performances métaboliques des animaux
  • Mieux valoriser le système fourrager et les productions végétales de notre territoire,
  • Améliorer la santé des animaux : limiter le recours aux médicaments vétérinaires, renforcer les défenses immunitaires par la connaissance des besoins nutritionnels et utiliser les solutions alternatives (prébiotiques, probiotiques…).
  • Améliorer la qualité nutritionnelle des produits notamment par des aliments ayant un impact positif sur le profil en acides gras du lait et des viandes.

 

 

Des exemples d’actions écologiquement intensives en faveur de la nutrition et de la santé animale

 

Piloter la production et la santé des vaches par l’analyse du lait

Grâce à l’analyse du lait par infrarouges, il est désormais possible de valoriser la ration en matière d’efficacité laitière et protéique, de prévention de l’acidose, de qualité du transit et d’immunité. Les résultats obtenus permettent aux éleveurs de réagir rapidement par des actions correctives sur la ration des animaux. De quoi améliorer leur bien-être, leur longévité, les qualités nutritionnelles du lait et la performance technico-économique.

 

Valoriser le système fourrager

Le système fourrager doit être pensé pour permettre à l’agriculteur de produire, sur son exploitation, l’alimentation dont il a besoin pour son élevage tout au long de l’année, aussi bien en quantité qu’en qualité. Tous les fourrages n’ont pas la même qualité nutritionnelle : la valeur nutritionnelle repose sur trois critères principaux : l’ingestibilité, la teneur azotée (densité en protéines) et la valeur énergétique. Par exemple, la luzerne est un fourrage riche en protéines, vitamines, minéraux et oligo-éléments. Elle constitue un excellent complément alimentaire du maïs. Elle corrige sa faible valeur azotée et son manque de fibrosité. Ces qualités s’associent à la richesse énergétique et l’ingestibilité du maïs.

 

 

Produire des aliments riches en matière grasse au bon profil lipidique

Aujourd’hui les animaux sont de plus en plus performants et ont besoin d’aliments riches en matières grasses et plus particulièrement polyinsaturées et disponibles (oméga 3 et oméga 6). La cuisson-extrusion permet de valoriser des graines entières avec tous leurs composants et de rendre ceux-ci utilisables par l’animal. Elle permet entre autres, d’améliorer la digestibilité, d’améliorer l’utilisation métabolique par l’animal d’élevage et  détruire les molécules anti-nutritionnelles

 

 

Focus sur deux exemples concrets d’innovations

Le premier matelas connecté pour logettes

 

Le matelas connecté est capable de reconnaître l’animal équipé d’une boucle Rfid (au collier ou sur l’oreille) et de savoir son temps de couchage. Une donnée qui, lorsqu’elle varie, pourrait s’avérer utile pour détecter les chaleurs ou les vaches qui restent couchées à cause d’un problème de santé.

 

Par des capteurs de pression, le matelas est également en mesure d’identifier les variations de poids de l’animal au fil des semaines. Une sonde de température mesure même la chaleur corporelle des vaches. Tout comme les maisons, les bâtiments d’élevage du futur entreront dans l’ère de la domotique, en reliant ces capteurs à la ventilation, la brumisation ou à l’éclairage.

 

Une innovation découverte aux Terrenales 2015, le rendez-vous mondial de l’AEI :

 

 

Un outil qui permet déterminer par spectrophotométrie la composition en acides gras des viandes sur animal vivant et carcasse.

SpecMeat est un nouveau service permettant d’évaluer tant en élevage qu’à l’abattoir la qualité nutritionnelle des produits et la santé des bovins viandes à partir de des critères objectifs et quantifiables (teneur en lipides, composition en acides gras, marqueurs de peroxydation, de stress hépatique, d’inflammation).

 

SpecMeat est basé sur un outil innovant d’analyse instantanée et non destructive basé sur la spectrophotométrie proche infrarouge (SPIR). Les nouveaux équipements développés à cet effet seront donc à la fois utilisés par les acteurs en amont de la filière (éleveurs, groupements de producteurs, coopératives) pour piloter les troupeaux que par les acteurs de l’aval de la filière (abattoirs). Pour les éleveurs, l’outil permettra de les rassurer du bon état de santé de leur troupeau et de recaler, si besoin, la ration.

 

SpecMeat permettra de conseiller les éleveurs sur la conduite alimentaire de leur troupeau pour piloter la composition en acides gras de la viande (à l’image de l’outil Profilia).Il aidera également à détecter (grâce à des indicateurs) des problèmes de santé ou de bien-être du troupeau.

 

Autre intérêt économique pour l’éleveur, cet outil innovant va permettre de déterminer le débouché filière des animaux en fonction de leur qualité réelle « sur pieds ».

 

Une innovation découverte aux Terrenales 2015, le rendez-vous mondial de l’AEI :