Menu Terrena

  • fr
  • en

twitter2 yt-brand-yt-stackedlogo in

6320, 6320, horizon, horizon.jpg, http://www.terrena.fr/wp-content/uploads/horizon.jpg, , 9, , , horizon, 2015-09-14 14:46:24, 2015-09-14 14:46:24, image/jpeg, image, http://www.terrena.fr/wp-includes/images/media/default.png, 1600, 400, Array

Comment les consommateurs perçoivent-ils la nutrition?

Le goût est un prérequis pour le consommateur français mais ce n’est pas le seul critère sur lequel il va baser ses choix alimentaires. Pour la majorité des français, ce qui fait la qualité d’un aliment, ce n’est pas sa composition nutritionnelle mais d’où il vient, comment et par qui il a  été produit, comment et avec quoi il peut être préparé.

 

D’où l’importance particulière accordée en France à la cuisine, aux labels d’origine et de qualité (Label Rouge, AB, AOP…). Cette perception s’explique par les spécificités culturelles et les valeurs de convivialité et de partage qui sont au coeur du modèle alimentaire français. Ces valeurs orientent les choix du consommateur vers les aliments qu’ils pensent bons pour lui en termes de gout et de santé.

 

Pour 60% des français, un aliment «bon pour la santé » est avant tout un aliment «naturel », dont on connaît l’origine, sans pesticide, sans produit chimique et sans conservateur, et qui a été élaboré selon des procédés traditionnels, c’est-à-dire sans « intervention industrielle ». Ainsi, la notion de « bon pour la santé» est associée à la notion de plaisir gustatif et de «naturalité». 

 

 

Allégations et messages nutritionnels, sont-ils efficaces ?

 

 Il existe en France un frein culturel à la récept ion du discours nutritionnel. «Riche en calcium et en fer », «Contribue à renforcer les défenses naturelles de l’organisme», «Allégé en sucre»… La plupart des  consommateurs français sont peu sensibles aux informations et aux discours nutritionnels. Ils se méfient des ajouts de nutriments et préfèrent les produits naturels auxquels rien  n’a été ajouté ou retranché. D’abord,  parce qu’ils pensent que les produits naturels n’ont pas besoin d’être artificiellement optimisés, mais aussi parce qu’ils s’interrogent sur la nature des procédés que les industriels utilisent pour le faire.

 

La crainte qu’ils expriment le plus souvent porte sur l’utilisation de conservateurs, d’additifs, de substances ou de procédés chimiques pour la fabrication ou la conservation.

 

La perception dans les autre pays

La notion de culture alimentaire prend ici tout son sens. Le rapport que les français ont avec leurs aliments est très éloigné de ce que l’on peut observer dans d’autrespays tels que les Etats-Unis ou la GrandeBretagne qui accordent une attention particulière à la composition nutritionnelle des produits, alors que le goût et les qualités sensorielles sont considérés avec beaucoup moins d’attention qu’en France ou  en Italie. Par exemple, l’information  nutritionnelle est un critère important
dans la décision d’achat dans les pays anglo-saxons.

 

D’ailleurs, la Grande Bretagne est la 1ère à avoir mis en place un système de logo nutritionnel volontaire (système des feux tricolores) sur les produits alimentaires. Les français considèrent que bien manger, c’est mangé équilibré, sain et varié avec différentes familles d’aliments. Si  8 français sur 10 déclarent que leurs habitudes alimentaires sont bénéfiques pour leur santé 5, 47% d’entre eux sont quand même en surpoids ou obèses.

 

Source :
PNRA 2006, Projet ALLEGNUTRI
MEDiAPRISM, Les Français et les produits naturels, 07/2013
Fischler &Masson,Manger. Français, Européens et Américains face à l’alimentation. Paris :Odile-Jacob, 2008
Etude Harris 2014
TNS-SOFRES, Comportements et perception des consommateurs, journées Aliments et Santé, La Rochelle, 18-19/06/2014
ObEpi-Roche 2012, Enquête nationale sur l’obésité et le surpoids