MENUMENU
Menu Terrena

  • fr
  • en

twitter2 yt-brand-yt-stackedlogo in

Grand débat coopératif : les acteurs des coops ont la parole

La coopération agricole a lancé en mars dernier un « Grand débat coopératif » pour permettre aux agriculteurs-coopérateurs et aux salariés de coopératives d’exprimer leurs attentes et leurs idées.

 

Elle justifie cette initiative par les importantes transitions en cours conditionnant le développement et l’avenir des coopératives : « L’agriculture, l’agroalimentaire, le modèle coopératif sont questionnés, interpellés, voire remis en cause. De nouveaux enjeux apparaissent ainsi que de nouvelles manières d’y répondre » peut-on lire sur le site Internet « www.le-grand-debat-cooperatif.coop ».

 

 

 

 

 

L’objectif est donc de mobiliser les acteurs des 2500 coopératives agricoles françaises pour qu’ils donnent leurs avis, partagent leurs bonnes pratiques, ou mettent en lumière les sujets importants. « Nous devons sortir des oppositions de principe et répondre aux attentes des agriculteurs-coopérateurs, des salariés et des consommateurs-citoyens en proposant des solutions économiquement durables. »

 

 

Renforcer la vitalité coopérative

 

 

Entre le 22 mars et le 19 juin, dix réunions régionales regroupant élus et dirigeants de coopératives ont été organisées afin de passer en revue les transitions politique, environnementale, sociétale et de marché, et de débattre des solutions possibles pour la coopération agricole. Ces échanges trouvent leur prolongement sur la plateforme numérique jusqu’au 30 septembre. Tous les agriculteurs-coopérateurs et salariés peuvent : d’une part participer à un sondage sur leur perception des enjeux et des spécificités du modèle coopératif ; d’autre part, s’exprimer dans la consultation. Fin août, plusieurs dizaines de contributions étaient déjà enregistrées sur les six thématiques de la consultation :

 

 

 

Plus de jeunes, plus de parité

 

 

Chaque thématique est détaillée en plusieurs grandes actions. Par exemple, pour une alimentation plus saine et durable, il s’agit de : développer des méthodes de production innovantes ; accompagner le développement de l’agriculture biologique ; mieux informer les consommateurs ; mieux accompagner et faire connaître les engagements sanitaires des coops ; s’engager pour une nutrition animale durable. Cette thématique totalisait le plus grand nombre de contributions fin août, soit 82 dont 24 propositions et 58 arguments exprimés « pour » ou « contre » ces propositions. En outre, 472 votes avaient été effectués par des internautes « d’accord », « pas d’accord » ou « mitigés ».

 

 

Autre exemple : la thématique du renforcement de la vitalité coopérative avait elle aussi atteint un beau succès fin août avec 73 contributions (dont 23 propositions et 50 arguments) et 513 votes répartis sur les différentes actions proposées. Celles-ci consistent à : garantir le bon fonctionnement du conseil d’administration ; mieux intégrer les jeunes agriculteurs-coopérateurs ; assurer une meilleure parité ; développer le recours à la médiation ; renforcer la proximité avec les coopérateurs ; soutenir les dynamiques de progrès des agriculteurs-coopérateurs.

 

 

Les quatre autres thématiques avaient recueilli fin août entre 36 et 48 contributions, et entre 241 et 389 votes.

 

 

 

Des engagements rendus publiques

 

 

A l’issue de la consultation le 30 septembre, la synthèse des contributions sera finalisée le 15 octobre, et des propositions d’engagements seront envoyées aux dirigeants des coopératives. Ceux-ci auront alors un mois jusqu’au 15 novembre pour exprimer le ou les engagements que les coopératives décident de prendre en fonction de leur contexte particulier et de leur avancement sur les sujets. Le grand débat coopératif est donc l’opportunité pour les entreprises de revisiter leur projet stratégique.

 

 

Les engagements pris seront rendus publiques lors du congrès de Coop de France le 18 décembre à Paris, auprès du grand public et des décideurs politiques locaux et nationaux. Ils seront suivis année après année dans l’objectif de rendre compte de la contribution du mouvement coopératif aux progrès de l’agriculture et de l’agroalimentaire français.